«

»

Déc 28 2011

Exemple de composition de substrat composté pour la culture du champignon de Paris


Voici un tableau proposant différentes compositions de substrat composté pour la culture du champignons de Paris. Je pense que ces substrats doivent aussi fonctionner avec d’autres espèces comme le coprin chevelu, l’agaric royal ou l’agaric des trottoirs. Le fumier de cheval peut être remplacé par du fumier de poule. On peut aussi remarquer l’utilisation d’autres composants que la paille de blé, comme les rafles de mais ou le foin. Ce tableau est tiré du livre: Les champignons et leur culture de Jacques Delmas.

Cliquez sur le tableau pour zoomer.

Ces informations peuvent vous donner des idées pour faire des essais de mélange avec ce que vous avez à portée de mains. Vous devez ensuite effectuer le compostage de votre substrat. Une fois que votre substrat est composté vous devrez le stériliser ou le pasteuriser avant de l’inoculer.

 

(4 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. andré

    bonjour.

    j’adooore votre site!
    je suis en train de faire pousser des morilles à la maison, on verra si sa pousse ^^ mais actuellement, j’ai une question, est-il possible de faire pousser des champignons de paris sur un substrat dépourvu de fumier ? ou en le remplacant par autre chose? car la possibilitée d’en avoir est un problême , et aussi l’idée que ma petite famille a de cette idée de manger des champignons de paris aillant poussé sur un lit de fumier ne les enchantent pas trop,…

  2. Samuel

    Bonjour André,
    Merci pour vos compliments!
    Pour répondre à votre question, les champignons de Paris ont besoin de fumier de cheval ou de poule… Je n’ai jamais vue de substrat pour champignon de Paris sans fumier (peut-être que cela existe mais je ne suis pas au courant). Ne le dites pas à votre famille….

  3. Marc

    Bonjour,

    Des champignons blancs (de Paris?) poussent dehors, dans mon composteur. Aujourd’hui j’en ai récolté 250 g bien qu’il fasse froid.

    Ensemencement via le nettoyage de champignons du commerce (il y avait du mycélium à la base des pieds). Le mycélium doit être là depuis, au moins, 2 ans.

    Il n’y a pas que des épluchures dans ce composteur…
    On y met aussi des feuilles mortes (bouleau et chênes), du vert (feuilles d’aucuba, d’érable, d’artichauts, “mauvaises” herbes, déchets de cuisine) mais aussi du marc de café.
    Parfois on y déverse du purin d’ortie trop vieux.
    On verse fréquemment un peu d’eau.
    Il n’y a aucun apport de fumier.

    Comme il faut souvent déterrer les champignons il faut bien les nettoyer.
    L’idéal c’est de les récolter petits avant qu’ils ne s’ouvrent. Sinon des bestioles s’y installent (principalement des cloportes et de jeunes mille-pattes très fins). Quelques uns se font croquer mais peu.
    Ce n’est pas l’idéal pour avoir des champignons parfaits en quantité.
    On va essayer d’améliorer ça grâce à votre site…
    :O)

  4. Marc

    Petit oubli :
    Les champignons de mon composteur y poussent tout en bas, entre 5 et 8 cm au dessus du sol. L’hygrométrie de l’air est presque toujours très élevé dans ma région car il y pleut souvent.

    En espérant que cela vous soit utile…

    J’ai lancé des tests grâce à votre site très instructif.
    Je reviendrais vous en “parler”.
    :O)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *