«

»

fév 14 2012

Les différentes étapes de la culture fongique


J’ai essayer d’effectuer une traduction d’un schéma de Paul Stamets (extrait de Growing gourmet and medical mushrooms) expliquant les différentes phases de la culture fongique. Il permet de bien visualiser les étapes à reproduire pour mener à bien une culture de champignons comestibles.

Schéma expliquant les étapes de cultureLe premier objectif lors d’une culture de champignons est d’obtenir une source de mycélium pur sur gélose afin de d’inoculer un substrat de colonisation à base de céréales. Vous pouvez commander directement ce substrat de colonisation ou essayer de produire votre mycélium à partir d’une empreinte de spores, mais aussi en clonant un morceau de tissu d’un champignon. Toute cette première étape doit être effectuée en respectant au maximum les précautions de stérilité afin d’éviter une contamination de la culture par d’autres organismes. Une solution nutritive contenant un gélifiant (agar-agar) doit être chauffée puis coulée dans un récipient en verre ou en plastique appelé boite de Pétri. Une fois refroidie cette solution se solidifie et devient une gélose nutritive. Le prélèvement du morceau de tissu (ou l’empreinte de spores) sert à inoculer ce milieu nutritif gélosé qui sera placé dans un incubateur afin de favoriser le développement du mycélium. Si toute les étapes sont réalisées stérilement, un mycélium pur commencera à se former. Lorsque la gélose est complètement recouverte par ce mycélium, il faut alors couper, à l’aide d’un scalpel stérile, un morceau de 1cm2 pour inoculer le substrat de colonisation: il s’agit la plupart du temps de maïs, seigle ou blé mais d’autres céréales peuvent être utilisées. Ces céréales sont préalablement stérilisées, dans des bocaux en verre (pots de confiture) ou des sacs en plastiques (résistant à la chaleur). Une cocotte minute peut être utilisée pour la stérilisation des céréales. Après inoculation, le substrat de colonisation est à son tour placé dans un incubateur jusqu’à ce que le mycélium le colonise complètement.
Le deuxième objectif est d’inoculer un substrat de fructification avec vos céréales colonisées. Chaque espèce de champignon cultivable a ses préférences pour ce substrat. Vous devrez stériliser ou pasteuriser ce substrat avant de l’inoculer puis le placer dans le noir dans un incubateur à une température variable. La plupart des espèces développent très bien leur mycélium entre 20° et 25°. Lorsque votre substrat de fructification sera complètement colonisé vous devrez essayer de favoriser la production de champignons en provoquant un changement de température, d’éclairage, de ventilation et d’humidité puis contrôler ses paramètres jusqu’à la récolte. Vous pouvez consulter les paramètres de culture de chaque espèce cultivable.
La culture de champignon peut être réalisée en intérieur en appartement, dans un garage ou une cave, mais aussi en extérieur dans votre jardin ou en forêt.

Recherches qui ont permis de trouver cet article:

  • comment fabriquer le mycelium
  • culture fongique
  • cultiver des champignons de paris sans kit
  • Guide Culture Champignon Magique Pdf
  • la production de la protease a partir d une espece fongique
  • differentes cultures de champignons
  • les etapes de la culture des champignons
  • schema de production des pleurotes
  • etapes de production de champignons comestible
  • étape de production dun antibiotique des champignons

22 Commentaires

Passer au formulaire de commentaire

  1. naina

    bonjour samuel.
    est ce queun mycelium obtenu par clonage donne une culture pure?
    il apparait souvent avec le clonage d’un type cotonneux, dans ce cas faut-il faire des subcultures( le remettre sur milieu gelosé) ou pas?
    un grand merci pour ta reponse.

    1. Samuel

      Bonjour,
      Un clonage donne une culture pure: en générale le mycélium obtenu est rhizomorphique mais certaines espèces ont un mycélium qui reste cotonneux. Avec quelle espèce as tu eu un mycélium cotonneux après un clonage?

  2. CHRISTIAN

    Merci pour ce merveilleux site. Je m’apperçois que la culture des champignons est bien plus complexe que l’on ne peux le croire.
    J’ai pourtant une question à poser. Pourquoi ne peut-on pas cultiver des cèps.
    Merci de votre réponse.
    Cordialement Christian

    1. Samuel

      Bonjour Christian,
      Les cèpes sont des champignons mycorhiziens (vivant en symbiose avec les racines d’un arbre) et ce type de champignons est très dur à cultiver.
      Merci pour vos encouragements!
      A bientôt

  3. schwartz

    Bonjour Samuel,

    Je voudrais initier un projet de culture de champignons mais cela me parait très complexe car je n’ai jamais eu la chance de voir comment les gens le font. Merci pour votre explication. Je tenterai de suivre votre demarche si je pourrai arriver.

    A bientot.

    1. Samuel

      Bonjour,
      Bonne chance pour tes essais et n’hésites pas si tu as des questions!
      à bientôt

  4. Démas

    Bonjour Samuel,
    Je suis un Ivoirien, je te félicite pour ton site que j’appelle cadeau du ciel. J’aime la culture du champion comestible. Je cherche la technique depuis quelques temps. Je pense qu’avec cette méthode que je viens de voir je pourrai faire quelque chose de bon (si j’ai compris les termes utilisés).

    Merci

    1. Samuel

      Bonsoir,
      Je te souhaite bon courage pour tes essais, et si tu as des doutes ou des questions n’hésites pas!

  5. perrot gilles

    Elevant des poules je me retrouve avec une quantité de fumier de poule. Est il possible d’utiliser ces déjections pour le substrat après bien sur stérilisation? Merci et surtout bravo pour ton site qui est très explicatif.

    1. Samuel

      Bonjour Gilles,
      Le fumier de poule peut être utilisé pour cultiver des champignons ayant besoin d’un substrat composté (champignon de Paris par exemple). Voici un article qui propose différentes compositions de substrats compostés pour champignon de Paris. Peut être que le fumier de poule (en petite quantité) pourrait complémenter un substrat pour pleurotes (apporter un peu d’azote). Je n’ai jamais fait d’essais avec du fumier de poule donc je ne peux pas te garantir les résultats. En tout cas, je pense pas que le fumier de poule puisse servir à 100% de substrat mais plutôt comme complément ou additif. Si tu fais des essais avec fumier de poule, tiens moi au courant :)

  6. Thomas

    Bonjour,

    Je trouve ton site excellent au niveau des techniques méthodes abordé.
    Je vais me mettre à cultiver des champignons, j’ai déjà acheté pas mal de matériel mais j’ai un seul soucis c’est pour le milieu de culture en gélose du mycélium pour la famille Strophariaceae, j’ai trouvé un de la famille sur ton site (Stropharia rugosa-annulata) mais il n’est pas indiqué le milieu exacte pour ce champignon.

    Merci

    1. Samuel

      Merci pour tes compliments Thomas.
      Les milieux MYPA ou MYA fonctionnent pour la plupart des champignons et Stropharia rugosa-annulata se développera sans problème sur ces milieux. Tu peux consulter la composition exacte de ces milieux dans cet article.
      Bon courage pour tes essais de culture :)

  7. albano

    Bonjour à tous,pouvez vous me dire comment cultiver des champignons de paris chez soi sans que ce soit avec des kits achetés dans le commerce? merci a tous,Albano

    1. Samuel

      Bonjour Albano,
      Le champignon de Paris n’est pas le plus facile à cultiver car il nécessite une couche de gobetage ainsi qu’un substrat composté. Je n’ai pas encore fait d’essais sur cette espèce mais je vous recommande la lecture de cet article.

  8. David

    Bonsoir!

    Au premier coup d’œil sur ton site, tout parait compliqué, et au deuxième regard, ça l’est toujours en ce qui me concerne. Mais merci!
    N’ayant pas les bases, je ne sais par où commencer. Mon tout premier kit de champignons de Paris est parti en une odeur pestilentielle horrible sans rendement aucun si ce n’est des chapeau timides – déçu. Mais je n’ai pas envie d’arrêter là. Je veux cultiver du champignon!
    Merci pour tous tes précieux conseils et informations!
    Tu conseillerais quoi au départ à un amateur?
    Et connais-tu des forums sur la culture pour avoir des conseils pour démarrer (j’entends par là, les soucis habituels des amateurs qui se posent plein de questions)?
    Bonne continuation dans tes essais à venir et bravo pour ta persévérance!
    David

    1. Samuel

      Bonjour David,
      Deux fichiers pdf spécialement dédiés aux débutants seront prochainement en téléchargement gratuit sur le blog et un forum par la suite.
      A bientôt,
      Samuel

  9. Loné

    Bonjour Samuel,

    Félicitation pour le travail que vous faites.
    Je vais piloter un projet important de culture de Maïs dans une région en afrique alors je voudrai que vous m’envoyiez par mail les différentes étapes de la culture de Maïs et tous les conseils qu’il faut pour s’attendre à un bon rendement. la superficie à cultiver est de 10 ha. C’est urgent. Merci à vous

    1. Samuel

      Bonjour,
      Je pense qu’il faudrait faire sécher les déchets de mais, puis les pasteuriser avant de les inoculer. Je n’ai jamais réaliser d’essais sur mais et encore moins avec des quantités aussi importante…

  10. Maxim

    Bonjour à tous
    Est ce que vous avez une idée comment cultiver le champignon « milky mushroom calocybe » et merci d’avance

    1. Samuel

      Bonjour Maxim,
      Tu peux trouver quelques informations sur le sujet à cette adresse.

  11. tristan

    Bonjour Samuel,
    et merci pour ce site très bien documenté !
    J’ai été conquis par la qualité de tes posts et cherche à lancer une culture liquide de pleurote grise. Bizarrement l’empreinte de spores n’a pas fonctionné par deux fois (T=20°C, une fois sous cloche, une autre sous couvercle papier pour permettre les échanges gazeux).
    J’essaie en ce moment à partir d’un clonage, et commence à me demander si le milieu liquide à 4% à partir de miel d’agave ne serait pas une erreur : présence d’antibiotiques naturels ? d’antagonistes divers ? Aucune idée, mais le milieu stérile reste très…stérile, même pas une contamination en vue !
    As-tu une expérience du miel d’agave comme apport de fructose + glucose ?
    D’avance merci. Je vous envoie les conclusions de mes tests plus tard, pour éviter d’autres déconvenues avec ce substrat s’il est incriminé.
    @+
    Tristan

    1. Samuel

      Salut Tristan,
      Merci pour tes compliments sur le blog :)
      Pour les empreintes il faut prendre un champignon bien mur et normalement il n’y a pas de soucis.
      Je n’ai jamais tester le miel d’agave, mais j’ai essayé un miel standard (mélange de fleurs) et cela fonctionne bien.
      N’hésites pas à prendre des photos si tu veux réaliser une article sur la culture liquide avec miel 😉
      Bonne chance pour tes essais

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *